Va au bureau de l’immigration et prends-toi une claque dans la gueule.

Alors que le blog a pris des vacances d’été, certains changements ont eu lieu dans la vie des administratrices du blog.  Nous ne sommes pas là pour raconter nos vies mais néanmoins j’aimerais partager une expérience toute récente avec vous.

Ce matin je suis allé au bureau de l’immigration suédoise. J’avais déjà reçu  le papier magique qui disait que j’avais le droit de rester sur ce sol et  travailler ici. Le bureau de l’immigration avait estimé que ma relation avec mon « référent » suédois était assez sérieuse pour m’accorder le permis. Le grand déballage de notre vie avait été efficace, j’avais prouvé ma bonne foi et j’avais le privilège de recevoir un numéro d’identification en échange de mes empreintes digitales.

J’avais trouvé cette mascarade pénible. Devoir se justifier du pourquoi et du comment, raconter notre  rencontre et nos projets mais qu’est-ce que ça peut vous foutre Monsieur l’état suédois ? Je suis européenne, je ne devrais pas être emmerdé, ça sert à ça l’Europe. Et pour bien prouver que je ne fais pas partie de « ces gens-là »  à qui on peut refuser la présence je fais des blagues sur mon statut d’immigrante. –Trop drôle la meuf-.

Le bureau ouvrait à 8h30, je suis arrivée seulement 20 minutes après, sur mon vélo. Décidée. Dans la rue une dizaine d’hommes attendent, je m’arrête. Ils s’arrêtent.

J’essaye de me composer un visage ferme, j’essaye d’avoir l’air de savoir où je vais. Ce n’est pas le cas. Quelques hommes me sourient, disent bonjour. Ils veulent sûrement être gentils mais ils me font peur.

A l’intérieur c’est bondé. Une femme blonde avec des dossiers dans les bras passe sans s’arrêter, il n’y a pas de bureau pour poser de questions. On  doit prendre un numéro , en vert c’est « transit » et en rouge c’est «  asylum ». J’appuie sur le vert j’ai le numéro 510 – Tu t’attendais à quoi ma fille ? Tu arrives après l’ouverture et tu penses que tu vas passer dans la demi heure ? Débile–  Je me rends compte alors que le compteur de numéro est bloqué sur 000.

Des dizaines de personnes sont là. Surtout des hommes, quelques familles, quelques enfants… Certains ont des bagages avec eux. Les documents officiels sont dans des pochettes plastiques. A ma droite une femme tiens un petit papier plié en quatre. Elle le déplie soigneusement, il y a écrit : asylum n034.  

J’ai amené un livre mais je ne l’ouvre pas. J’ai l’impression que tout le monde me regarde en se demandant ce que je fais là. Je croise quelques regards mais les gens ne sourient pas, ne se parlent pas. Ils attendent.

J’ai attendu 45 minutes et je suis allé fumer dehors. Envie de pleurer.  Parce que je sens la détresse de ces personnes et parce que je n’ai aucune légitimité à partager cette détresse.

De l’autre côté de la route il y a un autre bureau avec écrit information, j’ y vais et j’apprends que je me suis trompé d’endroit. Avec mon petit document j’ai le droit d’aller dans une autre salle d’attente. Très calme, presque vide, il y a un gentil monsieur à l’accueil, il me donne un autre numéro de queue : 014. Sur l’écran qui marche il y a marqué 013. Dix minutes après j’ai donné ma photo et mes empreintes alors je ressors, ma carte de résidence arrivera dans une semaine.

J’avais raison, je n’avais rien à faire dans la première salle d’attente. Pendant quelques minutes j’ai entre aperçu la réalité de l’immigration et ça me fout les boules. Ça me fout encore plus les boules d’être soulagée de ne pas partager cette réalité. Je suis une petite européenne et j’ai mauvaise conscience. J’ai mauvaise conscience d’avoir mauvaise conscience.

En rentrant à la maison je repense à mon collègue de la croix rouge Mohammad. Il est irakien il est venu en suède il y a 7 ans. Il m’a raconté qu’il a une jambe handicapée à cause d’une bombe. Dix minutes après il a rajouté «  Si tu veux tu pourrais venir diner chez moi avec ma famille un jour car on sait ce que c’est d’être dans ta situation. »

Non Mohammad tu ne sais pas. Tu ne sais pas ce que c’est d’avoir l’habitude des privilèges.

« Merci à toi, c’est très gentil. Je viendrais. »

S-C

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s