La Sicilienne, un film de Marco Amenta

La « Sicilienne », film italo-français de Marco Amenta réalisé en 2007 est sorti sur nos écrans en 2009. Cette histoire authentique déroulée en 1991 à Palerme suit le modèle de la tragédie antique sophocléenne et plus particulièrement le conflit personnel que rencontre Rita rappelle celui du personnage d’Antigone dans l’œuvre reprise par Jean Anouilh en 1944.

Ce n’est pas un blockbuster, mais le réalisateur est un cinéaste engagé. Le contexte de la mafia italienne ne fait pas parti d’un genre nouveau mais le réalisateur a réussi le pari de traiter de la mafia avec l’ œil principal d’une victime.

Celle-ci ne réunit aucun critère de la victime habituelle.
Affiche du Film La Sicilienne

Affiche du Film La Sicilienne

Cette jeune femme, Rita Atria interprétée par Veronica D’Agostino est une battante au caractère bien trempé .Sa nature de rebelle, est aussi et surtout déterminée par son passé. Elle assiste au meurtre de son père et le sentiment de colère est vite remplacé par celui de vengeance qui sera la source du journal qu’elle va entreprendre.

Désormais tous ses faits et gestes sont entrepris dans l’optique de rendre justice à son père défunt.Plus le film se poursuit plus le spectateur se sent entrainé dans ce Deus Ex Machina sans alternative possible pour l’actrice.

Cette révoltée paiera le prix fort pour son courage. Elle brise l’omerta avec dignité, préférant faire éclater la vérité de ses idées plutôt qu’un futur inodore avec son amour de jeunesse.
Cette force de caractère et d’impétuosité rappelle celui de l’œuvre littéraire d’Antigone, toutes les deux sont confrontées à leur responsabilités et dévorées par ce besoin d’agir pour rendre justice.

La soif de justice a beau être une vertue, elle se révèle bien souvent inapplicable dans le monde des hommes, de part un réseau trop important de corruption.
Et comme si la société humaine ne méritait pas d’âme valeureuse, leurs fatal destin bien que choisi, apparaît finalement comme un dénouement inévitable, causé par les nœuds bien serrés de la vicissitude humaine.

Cécilia B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s